Vous avez oublié de déclarer ? Voici une astuce pour échapper aux sanctions !

353 : shutterstock529004707

Si pour une raison ou une autre, vous n’avez pas déclaré vos revenus dans les délais – déclaration qui devait être envoyée avant le 16 mai par courrier ou avant le 6 juin sur Internet vous risquez de payer, en plus des pénalités pour retard ou défaut de déclaration, l’impôt sur vos revenus de 2018 à titre de sanction théoriquement effacé par « l’année blanche ».

Pour en savoir plus : Vous avez manqué la date limite de déclaration ? Réagissez-vite !

Bonne nouvelle : vous pouvez pour autant y échapper. Comment ? Si vous vous adressez à un expert-comptable, à un avocat fiscaliste ou à un groupement professionnel, ou, si vous déclarez vos revenus en ligne via un site expert, comme celui proposé par Tacotax.fr qui est « partenaire de la Direction générale des finances publiques », vous disposez d'un délai supplémentaire.

Ces professionnels agréés qui transmettent les déclarations de leurs clients via une procédure dématérialisée ont en effet obtenu un délai supplémentaire pour tenir compte des particularités de la déclaration de revenus de 2018. Ils ont jusqu’au 25 juin pour transmettre au fisc les déclarations de leurs clients et ce, quel que soit le numéro de leur département.

Vous ne souhaitez pas faire appel à l'un de ces professionnels ? L’administration fiscale peut faire preuve de tolérance, et donc décider de vous exonérer de pénalités si votre retard est justifié (par exemple, vous pensiez avoir validé votre déclaration ou vous avez rencontré un problème technique si vous déclarez en ligne).

Le fisc sera encore plus clément si c'est la première anomalie déclarative que vous commettez. Dans ce cas, adressez à votre Centre des impôts un courrier de remise gracieuse en expliquant les raisons de votre retard et en demandant d'être exonéré de pénalités à titre exceptionnel.


Conserver cet article :
Partager cet article :
Auteur : Marine Gautier
Marine Gautier est journaliste et titulaire d’un master en droit. Ancienne juriste au sein de l’UFC Que choisir, elle se tourne vers la presse écrite et intervient en matière juridique et économique. Elle est aujourd’hui rédactrice au sein des Editions Jean de Portal.

Articles liés :