essentiel

Retraités : des dizaines de prélèvements à la source chaque année !

176 : shutterstock_1124579069

Décidément, la fête continue pour les retraités ! Comme tous les contribuables, ceux qui sont redevables de l’impôt sur le revenu seront prélevés à la source à partir de janvier. Jusque-là, tout va bien…

Mais, contrairement à la majorité des actifs qui ne perçoivent qu'un seul revenu, les retraités scrupuleux – ou simplement curieux – devront tenir une comptabilité d’orfèvre pour ne pas se faire surprendre.

Il existe en effet 37 régimes de retraite différents en France (CNAV, MSA, fonction publique civile d’Etat, RSI…) auxquels il convient d’ajouter tous les régimes complémentaires (Arrco, Agirc, Ircantec…) ainsi que les retraites supplémentaires (PERP, PERE, contrats Madelin, Prefon…).

Dans un monde idéal, tout ce beau monde se réunirait autour d’une table pour proposer un système semblable. Mais non ! Chacun fait sa petite tambouille dans son coin. Si bien que les pensions sont versées selon une périodicité propre (mensuellement, trimestriellement, voire annuellement), un calendrier propre (chaque caisse publie le sien) et une échéance variable (échue ou à échoir). Résultat ? La pagaille !

Au terme d’une longue carrière, il n’est pas rare qu’un retraité ait cotisé dans plusieurs régimes différents. Par exemple, un salarié peut avoir connu une période d’indépendance. Ou, même sans changer de cap, tous les employés du privé cotisent, en plus du régime de base, auprès d’une caisse complémentaire (Arrco). Et les cadres auprès de deux caisses (Arrco et Agirc). Sans parler des pensions de réversion, ni des salariés qui ont exercé en Alsace-Lorraine (où le régime de base est différent) puis dans une autre région. Tout cela génère autant de pensions, donc de… prélèvements à la source différents !

Sur le même sujet : Le fisc va se servir partout, tout le temps !

Un exemple ? Imaginez un salarié du privé ayant fini sa carrière au statut de cadre. Pendant quelques années, il a en outre épargné sur un PERP (Plan d’épargne retraite populaire), histoire d’arrondir ses fins de mois. Une fois ses droits à la retraite liquidés, il perçoit trois pensions : celle du régime général (Cnav), celle de l’Arrco, celle de l’Agirc. Il sera à chaque fois prélevé à la source, soit 36 retenues pour une seule année d'impôt. A cela s'ajoute la rente générée par le Perp, débloquée trimestriellement.

D'autant que, si la Cnav verse sa pension en fin de mois (terme échu), les régimes complémentaires payent en début de mois. Ce retraité percevra sa pension de base de janvier 2019, le 9 février(1) ; tandis que, toujours pour janvier 2019, ses pensions complémentaires seront versées dès le 2 janvier(1)

Ce décalage va ainsi induire un phénomène curieux en début d’année suivante – et tous les ans ensuite – pour bon nombre de retraités. Ainsi, au cours du mois de janvier 2020, ce pensionné sera prélevé à la source sur sa pension de retraite de base, toujours au titre de l’impôt sur le revenu 2019 ; tandis que sa retenue à la source sur ses pensions complémentaires (et son Perp) perçues en janvier 2020 compteront pour l’impôt sur le revenu 2020. Va comprendre…

(1) Selon les calendriers de versement de 2018 (ceux de 2019 ne sont pas encore publiés).


Retenue à la source pour l'impôt 2019
Retenue à la source pour l'impôt 2020
Mois Cnav Arrco Agirc Perp
Janvier 2019  
Février 2019  
Mars 2019  
Avril 2019
Mai 2019  
Juin 2019  
Juillet 2019
Août 2019  
Septembre 2019  
Octobre 2019
Novembre 2019  
Décembre 2019  
Janvier 2020
Février 2020

Conserver cet article :
Partager cet article :
Nicolas Delourme est journaliste d’investigation, spécialisé en droit. Ancien journaliste aux magazines du Figaro, chroniqueur à France Inter et Europe 1, il est aujourd’hui directeur de publication des Editions Jean de Portal. Il collabore régulièrement avec le cabinet d’avocats Riondet.

Articles liés :