Prélèvement à la source : avez-vous corrigé vos virements automatiques ?

243 : shutterstock_168221696

Avec l’entrée en vigueur du prélèvement à la source, il va falloir jongler et réorganiser les éventuels virements automatiques entre vos comptes (ou au contraire en mettre en place). En effet, le compte sur lequel vous étiez jusqu’à présent prélevé par le fisc ne le sera plus (ou moins).

A l'inverse, les comptes sur lesquels vos revenus avec collecteurs sont versés seront logiquement moins alimentés puisque salaires, traitements, pensions de retraite et allocations chômage sont désormais diminués de la retenue à la source.

Le risque ? Imaginez que le loyer ou l'échéance d'un crédit immobilier soit payé depuis l'un de ces comptes. Un rejet de prélèvement, faute d'argent suffisant, n'est pas à écarter. Or les banques ne feront probablement pas cadeau aux étourdis des frais et pénalités.

A l'inverse, ceux qui en 2017 percevaient des revenus annexes ou indépendants (revenus fonciers, pensions alimentaires, bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices non commerciaux, bénéfices agricoles, etc.) vont devoir gérer l’acompte mensuel. Ils vont continuer d'être prélevés mensuellement sur le compte bancaire désigné en ligne (sur impots.gouv.fr), ce qu'il convient de ne pas oublier pour éviter toute pénalité, du fisc cette fois-ci.

Une famille qui cumule à la fois un revenu indépendant et un salaire (ou des pensions de retraite) verra ainsi un compte prélevé chaque 15 du mois, tandis que celui recevant les salaires sera moins alimenté ! Même si, au final, le montant de la douloureuse ne changera pas, il faut prévoir ces effets de trésorerie pour éviter tout découvert et rejet, notamment en cas de comptes détenus dans plusieurs banques ou par différents titulaires d'un même foyer.


Conserver cet article :
Partager cet article :
Nicolas Delourme est journaliste d’investigation, spécialisé en droit. Ancien journaliste aux magazines du Figaro, chroniqueur à France Inter et Europe 1, il est aujourd’hui directeur de publication des Editions Jean de Portal. Il collabore régulièrement avec le cabinet d’avocats Riondet.

Articles liés :