Le premier ministre annonce un « point ». Un point… de suspension ?

129 : shutterstock_1161024952

La mise en œuvre de la réforme du prélèvement à la source inquiète des contribuables, une partie du patronat et certains syndicats. Ils craignent des loupés et des failles dans un dispositif très complexe.

« Il faut faire les réformes quand on les croit bonnes pour le pays, répond Edouard Philippe, dans le JDD. Mais je suis attentif : nous avons décidé de reporter en 2017 d’un an cette réforme parce que nous voulions être sûrs qu’elle serait mise en œuvre dans de bonnes conditions. »

Ces « bonnes conditions » évoquées par le Premier ministre sont-elles réunies pour un lancement en janvier prochain ? Souvenez-vous que ce chantier, prévu sous le quinquennat précédent, a déjà été décalé d'une année. Mais 2019 devait être la bonne. Sauf qu'après avoir annoncé un nouveau report d’un an pour 250 000 contribuables (les salariés des particuliers), le chef du gouvernement émet ce doute, à quelques mois du grand chamboulement. Et au moment même où les contribuables reçoivent leur avis d'imposition (et leur futur taux de prélèvement) !

En savoir plus : 250 000 contribuables vont payer deux années d’impôts en 2020 !

« Nous ferons le point sur la préparation de cette réforme dans les prochaines semaines », ajoute Edouard Philippe, sans donner plus de détails. De là à penser que d’autres catégories de contribuables ou de revenus seront finalement reportées à 2020, il n’y a qu’un pas…


Conserver cet article :
Partager cet article :
Nicolas Delourme est journaliste d’investigation, spécialisé en droit. Ancien journaliste aux magazines du Figaro, chroniqueur à France Inter et Europe 1, il est aujourd’hui directeur de publication des Editions Jean de Portal. Il collabore régulièrement avec le cabinet d’avocats Riondet.

Articles liés :