L'impôt sur le revenu va diminuer… Mais serez-vous concerné ?

76 : shutterstock_510513634

Abaisser de 14 à 11 % la première tranche de l'impôt sur le revenu serait la piste « privilégiée » par Bercy pour tenir les engagements du gouvernement d'alléger la pression fiscale sur les classes moyennes, selon une information du journal Le Figaro, publiée jeudi 9 mai sur son site internet.

« Le principe serait pour 2020, de baisser la première tranche d'impôt de 14 % à 11 % et de jouer ensuite sur les critères d'entrée dans les tranches supérieures. Et ce, afin de diminuer le gain pour la deuxième tranche à 30 % et le neutraliser pour les tranches supérieures de 41 % et 45 % », précise le quotidien qui, sans jeu de mots, souligne toutefois que « rien n'est tranché. »

Que faut-il comprendre ? Le barème de l’impôt sur le revenu étant progressif, si le gouvernement se contentait de baisser le taux de la première tranche, tous les contribuables imposés seraient gagnants. Les gros comme les petits. Or ce n’est visiblement pas le but recherché.

Par conséquent, en plus de cet abaissement, une révision des seuils d'entrée des tranches supérieures est envisagée. Aujourd’hui, la tranche de 30 % couvre vos revenus situés entre 27 519 € et 73 779 €. En réduisant le bas de cette fourchette, le gain de la baisse du taux de la première tranche serait amoindri. Et en réduisant le haut de cette fourchette, Bercy pourrait exclure les foyers qui gagnent davantage.

En clair, si votre quotient familial* est inférieur à 27 519 €, vous profiterez à plein de cette diminution, promise aux alentours de 350 € par foyer. Entre 27 519 € et un seuil qui devrait se situer quelque part autour de 70 000 €, vous en bénéficierez partiellement, à hauteur de 180 € en moyenne. Au-dessus, votre imposition ne changera pas.

Concrètement, si cette mesure entrait en vigueur en janvier 2020, cela signifierait que le fisc recalculerait de manière exceptionnelle un nouveau taux de prélèvement à la source à ce moment-là. A moins que, pour accélérer la mise en pratique d’une mesure a priori populaire, la décision soit prise dès le début de l’été afin que la baisse soit directement intégrée dans le nouveau taux de prélèvement appliqué sur vos revenus en septembre 2019. Réponse dans quelques semaines.

* revenu imposable divisé par votre nombre de parts


Conserver cet article :
Partager cet article :
Nicolas Delourme est journaliste d’investigation, spécialisé en droit. Ancien journaliste aux magazines du Figaro, chroniqueur à France Inter et Europe 1, il est aujourd’hui directeur de publication des Editions Jean de Portal. Il collabore régulièrement avec le cabinet d’avocats Riondet.

Articles liés :