L'impact du prélèvement à la source sur les revenus minimum imposés par les banques

273 : shutterstock592975166

Les banques en ligne sont de plus en plus plébiscitées par les Français. Pour preuve, une étude de l'APCR* révèle que 6,5 % de la population est cliente d'une banque en ligne, soit 4,4 millions de Français.

Pour souscrire à l'un (ou plusieurs) de ces établissements alternatifs ou accéder aux cartes bancaires haut de gamme, vous devez remplir (et justifier) de conditions de revenus. Par exemple, 1 600 € chez Boursorama banque et BforBank pour obtenir la Visa Premier.

De ce fait, le prélèvement à la source risque-t-il de restreindre l’accès aux banques en ligne dans la mesure où la rémunération nette est, désormais, celle versée après retenue à la source ? 

Pour aller plus loin : Mais, au fait, où est passé l'argent qui vous a été prélevé à la source en janvier ?

Pour la majorité d'entre elles, le prélèvement à la source n'aura aucun impact. Pour la souscription, les clients doivent indiquer le montant de leur revenu, avant impôt. Quant aux clients actuels, ils peuvent conserver la carte dont ils disposent, quel que soit le montant de leur nouveau salaire.

Par contre, la donne est différente chez ING. La banque n'impose pas de justifier d'un niveau de salaire minimum mais exige de verser au moins 1 200 € par mois sur le compte courant (ou d’avoir placé au moins 5 000 € sur un compte ou un livret ING). Sinon ? Des frais de tenue de compte de 5 € par mois sont prélevés.

« Le prélèvement à la source ne sera pas un motif de facturation des clients. La règle des 1 200 € de versement mensuel sur le compte courant perdure. Mais pour les revenus nets mensuels de 1 200 € (et jusqu’à 1 361 €) le taux de prélèvement non personnalisé (ou taux par défaut) est de 0 %, ce qui donc n’amènera pas de frais », affime la banque ING (dans le magazine Capital).

Quid des personnes qui ont (justement) un taux personnalisé dont le conjoint gagne plus ? Ces clients pourraient se voir prélever un impôt et a fortiori, voire leur revenu diminuer. Ce qui ne manquera donc pas d'entraîner la facturation des 5 € de tenue de compte.

« Dans tous les cas, le centre de relations clients d’ING reste à l’écoute de ses clients pour toute question particulière », précise l’établissement. Déjà ou futurs clients d'ING ? Vous voilà prévenus !

* Autorité de contrôle prudentiel et de résolution. Etude sur les modèles d'affaires des banques en ligne et des néobanques (octobre 2018)


Conserver cet article :
Partager cet article :
Auteur : Marine Gautier
Marine Gautier est journaliste et titulaire d’un master en droit. Ancienne juriste au sein de l’UFC Que choisir, elle se tourne vers la presse écrite et intervient en matière juridique et économique. Elle est aujourd’hui rédactrice au sein des Editions Jean de Portal.

Articles liés :