mise à jour

Et vous, aurez-vous droit à l'année blanche (ou seulement grise) ?

86 : shutterstock_1027965601

Pour créer une année blanche, Bercy a inventé un crédit d’impôts (CIMR) dont tous les foyers bénéficieront l’année prochaine. Il permettra en théorie d’effacer l’impôt normalement dû sur les revenus 2018. Ainsi, cela évitera d’avoir à payer l’impôt à la source (à partir de janvier 2019) auquel s’ajouterait l’impôt de 2018. Mais, pour que cette année soit effectivement blanche, il faut que le montant de votre CIMR – qui sera calculé par le fisc – soit suffisant.

A lire aussi : Le CIMR, ce crédit d’impôts qui transforme 2018 en année blanche ! Ou pas…

Comment sera-t-il calculé ? Ce crédit d’impôts ne va inclure que les « revenus habituels » : il s’agit des salaires, pensions de retraite, rentes viagères, rémunérations de dirigeants de société, revenus professionnels et revenus fonciers. Tout le reste sera considéré comme exceptionnel et fera l’objet d’une imposition normale l’année prochaine.

Par exemple, si vous quittez ou perdez votre emploi en 2018 et obtenez d’importantes indemnités de rupture du contrat de travail, attendez-vous à voir double à la rentrée 2019 : vous serez imposé sur vos revenus à la source et devrez payer l’impôt sur un tel revenu imposable dit exceptionnel. Idem si, salarié, vous recevez une prime non prévue par contrat de travail ou si, à l’occasion de votre départ à la retraite, vous encaissez une importante somme sous forme de capital.


Un peu de maths ! En pratique, une fois que vous aurez déclaré vos revenus 2018 (au printemps 2019), le fisc va calculer votre impôt normal avant prise en compte des réductions ou crédits d’impôts. Puis il va multiplier le résultat par le rapport entre vos revenus considérés habituels et les revenus totaux. Cela donnera votre CIMR, qui équivaut ainsi au montant de l'impôt 2018 hors revenus exceptionnels.

CIMR = IR x (revenu habituel ÷ revenu total)
IR : Impôt sur les Revenus 2018 sans tenir compte des crédits ou réductions d’impôts.

Le CIMR sera finalement déduit de votre impôt 2018 tenant compte, cette fois-ci, des réductions et crédits d’impôts. Et, là, si le résultat est positif… vous devrez passer à la caisse (en plus du prélèvement à la source) ! S’il est négatif en revanche (grâce notamment à des réductions d’impôts) , vous serez remboursé. Ce système ne change pas le montant de l'impôt sur le revenu, mais « seulement » le moment où vous le paierez. Mieux vaut le prévoir dès aujourd'hui…

SOLDE = IR — CIMR
IR : Impôt sur les Revenus 2018 après prise en compte des crédits ou réductions d’impôts.

Exemple. Un couple avec un enfant perçoit 48 000 € de revenu imposable. Mais en 2018, monsieur négocie une rupture conventionnelle pour changer de travail. Il obtient à cette occasion une indemnité augmentant de 5 000 € le revenu imposable du foyer qui passe ainsi à 53 000 €. Ce qui, si l'année blanche n'existait, engendrerait un impôt sur le revenu de 3 932 €. Le CIMR de ce couple sera de :

CIMR = 3987 x (48 000 ÷ 53 000) = 3610

En septembre 2019, une fois le solde calculé, le couple devra régler un impôt de 311 € sur le revenu 2018 tout en étant ponctionné sur ses salaires par le prélèvement à la source entré en vigueur au mois de janvier précédent.

SOLDE = 3987 – 3610 = 371 €

Cet article a été mis à jour le 13 novembre 2018 après publication du Bulletin officiel des finances publiques impôts (Bofip) du 25/10/18 précisant les modalités de calcul du CIMR.

Conserver cet article :
Partager cet article :
Nicolas Delourme est journaliste d’investigation, spécialisé en droit. Ancien journaliste aux magazines du Figaro, chroniqueur à France Inter et Europe 1, il est aujourd’hui directeur de publication des Editions Jean de Portal. Il collabore régulièrement avec le cabinet d’avocats Riondet.

Articles liés :