Bercy communique enfin sur de possibles effets néfastes pour la trésorerie des ménages !

172 : shutterstock_171813740

Depuis le printemps dernier, Bercy a beaucoup communiqué sur la date du 15 septembre 2018 pour choisir votre taux de prélèvement. Mais, pour rappel, ce n’était en aucun cas une date butoir.

« C’était l’échéance limite pour être certain que le taux par défaut ne sera pas transmis à l’entreprise », explique-t-on désormais au ministère.

Autrement dit, les contribuables qui ont opté pour le taux neutre (confidentiel) avant cette date sont sûrs que leur employeur ne sait rien de leur situation financière.

Rebondissement cette semaine : la Direction générale des finances publiques (DGFiP) a envoyé un mail à tous ceux qui ont justement choisi ce taux confidentiel afin de les mettre en garde. Contre quoi ? Contre des effets néfastes de la réforme sur leur trésorerie ! A cette occasion, Bercy est forcé d’admettre que des conséquences fort négatives pourraient engendrer de bien mauvaises surprises.

« Il est possible que le prélèvement soit supérieur au montant d'impôt réellement dû, écrit la DGFiP dans ce mail. La différence vous sera alors restituée à l'été 2020, après traitement de votre déclaration de revenus 2019 déposée au printemps 2020. »

Merci Bercy ! Cela fait des semaines que le site anneeblanche.fr prévient des risques d’être surimposé pendant toute l’année 2019. Cela concerne ceux qui ont choisi le taux neutre, mais pas seulement…

Sur le même sujet : Perte de revenus en 2018 ? Attention, vous allez être surimposé en 2019 !

La Direction des finances publiques recommande désormais à tous les contribuables de faire connaître leur choix « avant le 7 novembre 2018 » afin d’être certain que « dans tous les cas » leur « option sera prise en compte dès le premier prélèvement à la source, en janvier 2019 ».


Conserver cet article :
Partager cet article :
Nicolas Delourme est journaliste d’investigation, spécialisé en droit. Ancien journaliste aux magazines du Figaro, chroniqueur à France Inter et Europe 1, il est aujourd’hui directeur de publication des Editions Jean de Portal. Il collabore régulièrement avec le cabinet d’avocats Riondet.

Articles liés :