Attention : le taux de prélèvement ne va pas s’appliquer sur votre salaire (ou retraite) net

L’administration fiscale vous a communiqué un taux de prélèvement à la source puis l’a transmis à tous ceux qui vous versent régulièrement des revenus : employeurs, caisses de retraite, Pôle emploi, Sécurité sociale, etc. Vous avez peut-être opté pour le taux individualisé (couple) ou le taux neutre (confidentiel).

Pour en savoir plus : Trop de taux rend gogo !

Mais, quel que soit votre choix, une interrogation demeure : sur quel montant ce taux va-t-il s’appliquer ? En clair, si vous êtes salarié ou fonctionnaire, combien le fisc va-t-il retenir sur votre bulletin de paie ?

La plupart des contribuables pensent que la réponse est simple : il suffit de multiplier le taux au salaire net perçu pour connaître le montant du prélèvement à la source. Erreur ! Le taux de prélèvement à la source s’applique sur le salaire net imposable (ou « net fiscal »). Jusqu’à présent, vous n’aviez peut-être pas porté une attention particulière à ce montant, pourtant indiqué sur chaque bulletin.

Problème : le net imposable est supérieur au net perçu. En effet, la CRDS et une fraction de la CSG sont imposées*. En clair, l’Etat vous fait payer des impôts sur… des taxes ! Magie fiscale. Ensuite certains éléments à la charge de l'employeur constituent des avantages pour le salarié. Le cas le plus courant est celui des cotisations patronales dites de « frais de santé », imposables depuis 2014.

Exemple. Un employé perçoit chaque mois 2 400 € bruts, soit 1 860 € nets payés. Son taux de prélèvement à la source est de 5 %. Ce salarié pourrait penser que le fisc va retenir 93 € (soit 5 % de 1 860 €) chaque mois. Non ! Une fois la CRDS et la part de CSG non déductibles ajoutées, ainsi que 120 € de complémentaire santé pris en charge par l’employeur, le salaire net imposable s’élève à 2 025 €. La retenue à la source de ce salarié sera donc de 101 € (5 % de 2 025 €).

Evidemment, plus la rémunération et les avantages (en nature ou en argent) sont élevés, plus la différence est… nette ! Par ailleurs, le salaire net tel que vous le connaissez aujourd’hui, même s’il restera inscrit en gros sur les fiches de paie, ne servira plus à rien : vous ne le toucherez plus et le fisc n’en tiendra pas compte. Un peu comme lors du passage à l'euro, les prix en francs sont restés indiqués pendant quelque temps…

* 2,9 % non déductibles sur 98,25 % du salaire brut des avantages en nature (prévoyance, mutuelle…).

Pour aller plus loin : Salariés : vous allez avoir trois salaires nets (et toucherez seulement le plus bas) !


Conserver cet article :
Partager cet article :
Nicolas Delourme est journaliste d’investigation, spécialisé en droit. Ancien journaliste aux magazines du Figaro, chroniqueur à France Inter et Europe 1, il est aujourd’hui directeur de publication des Editions Jean de Portal. Il collabore régulièrement avec le cabinet d’avocats Riondet.

Articles liés :