Année blanche : le fisc en alerte rouge !

337 : shutterstock_435961201.jpg

Alors que les revenus perçus en 2018 sont censés être neutralisés grâce au CIMR (Crédit d’impôt de modernisation du recouvrement), le fisc compte ne rien laisser passer sur le calcul de ce dernier.

Afin d’accroître sa surveillance, Bercy a prévu d’étendre tout simplement son pouvoir. Alors qu’elle s’octroie à l’accoutumée un délai de trois ans pour vérifier les déclarations de revenus et corriger les omissions, erreurs ou insuffisances, cette année, l'administration s’offre une année supplémentaire. Elle se donne en effet le pouvoir d’éplucher vos déclarations 2019 et de vous demander des justificatifs jusqu’en 2022. L’idée ? Eviter que les contribuables « optimisent » leur année blanche et vérifier que les éléments ayant servi à effacer la dette fiscale soient véritables.

Le fisc vous demande des justificatifs dans les années à venir ? Dans le cas où vous recevez une demande afin de vous justifier sur une situation, vous disposez de deux mois pour répondre. Si votre réponse est satisfaisante, les choses s’arrêtent là. A l’inverse, vous êtes mis en demeure de vous justifier à nouveau (ou mieux) dans les trente jours. Si la réponse n’est toujours pas satisfaisante, le contrôleur pourrait remettre en cause partiellement ou totalement le calcul de votre CIMR et vous pourriez passer à la caisse pour l'année blanche.

Un conseil : remplissez scrupuleusement votre déclaration 2019. Elle n'est pas si simple même si, a priori, vous n'aurez pas d'impôt à payer sur vos revenus 2018.

Pour aller plus loin : Salariés : comment déclarer vos revenus de l'année blanche ?


Conserver cet article :
Partager cet article :
Auteur : Clémence Dani
Clémence Dani est journaliste et titulaire d'un master en droit. Après des expériences en production TV et audiovisuelle, elle se spécialise dans la presse écrite. Elle intervient aujourd'hui sur des thématiques juridiques et économiques au sein des Editions Jean de Portal.

Articles liés :